Les 5 indicateurs de la maintenance (KPI) à connaître

Pour assurer le succès de votre organisation, vous n’êtes pas sans savoir qu’il est important de vous appuyer sur les KPI de maintenance. Aussi appelés Key Performance Indicators ou indicateurs clés de performances, ces guides vous permettent de gérer votre maintenance au mieux. Cependant, il existe un grand nombre d’indicateurs, et il faut encore savoir lesquels suivre. Les KPI vont vous permettre de sélectionner les meilleures options d’interventions afin de déterminer au mieux votre politique de maintenance, de prioriser vos actions, ainsi que d’élaborer un budget cohérent à vos besoins.

Afin de vous permettre de choisir les indicateurs de la maintenance adaptés à votre usine, voici les KPI de maintenance industrielle principaux qui vont vous aider à comparer, surveiller et améliorer vos processus et interventions de maintenance.

Qu’est-ce qu’un indicateur KPI ?

Un KPI est un indicateur, un outil qui permet de déterminer un résultat, un avancement ou encore une conjoncture. Il existe plusieurs KPI qui peuvent vous permettre de faire un état des lieux de votre situation : d’une part ils mesurent un taux de réussite, et d’autre part,  ils permettent de mettre en place des plans d’actions.

À quoi servent les KPI ?

Les KPI de maintenance sont très utiles au sein d’une entreprise. Ils fournissent un suivi détaillé et précis sur votre performance industrielle. Si vos outils de production sont défaillants, les indicateurs de la maintenance vous le feront savoir. Ainsi, ces indicateurs peuvent vous permettre de maintenir des conditions de production dans un état de fonctionnement optimal. C’est une façon de réduire les dépenses engagées par des machines faiblissantes.

Quels sont les meilleurs indicateurs de la maintenance à connaître ? 

1e indicateur de la maintenance : L’indice de fiabilité MTBF

Le MTBF, Main Time Between Failure ou temps entre les pannes, est un indicateur de performance qui permet de mesurer l’efficacité des opérations de maintenance. Il permet de définir le temps écoulé entre deux pannes sur des équipements. En observant ce KPI, vous pourrez savoir si ce temps s’accroît, et mettre en place les mesures nécessaires pour remédier à cela. C’est un bon outil pour déterminer la fiabilité de vos outils.

 

En d’autres termes, l’indicateur de maintenance MTBF vous permet de faire des prévisions quant au temps dont vous disposez avant de faire face à une panne inattendue. Son utilisation se résume donc à évaluer les arrêts non planifiés, et non les arrêts de maintenance planifiés tels que les arrêts d’entretien et de nettoyage par exemple.

 

Plus le chiffre du MTBF est élevé, mieux c’est. Cela indique que la prochaine panne de votre système se manifestera probablement dans longtemps.

2e indicateur de la maintenance : L’indice de maintenabilité MTTR

Le MTTR mesure la disponibilité. Autrement dit, il indique la durée nécessaire pour réparer et rénover un système de toutes ses fonctionnalités. Le temps comptabilisé par le MTTR cumule le temps de réparation, le temps dédié aux tests ainsi que le temps écoulé jusqu’au fonctionnement normal de la machine. On parle d’ailleurs de :

  • Mean Time To Repair : le temps moyen écoulé jusqu’à la réparation.
  • Mean Time To Recovery : temps moyen écoulé jusqu’à la remise en route.
  • Mean Time To Restoration : temps moyen écoulé jusqu'à la remise en service.

Le calcul du MTTR est plutôt simple. Il s’agit simplement de diviser la durée totale de la maintenance par le nombre total d’actions de maintenance réalisées sur un laps de temps défini. Le résultat de votre MTTR est toujours une moyenne. En effet, certains dispositifs nécessitent plusieurs jours de réparation, tandis que d’autres ne nécessitent qu’une part d’heures. Contrairement au MTBF, ici, nous cherchons à obtenir un résultat peu élevé.

 

Le MTTR vous sera très utile, notamment pour éviter de mauvaises répercussions sur vos résultats commerciaux. En effet, vous n’êtes pas sans savoir qu’une immobilisation prolongée des machines entraîne une perte de revenus.

 

Ces deux premiers indicateurs vous permettent de calculer le taux de disponibilité intrinsèque ou inhérent. Ainsi, vous serez en mesure de déterminer la probabilité qu’un dispositif fonctionne confortablement.

3e indicateur : La disponibilité Opérationnelle DO

Un dispositif est catégorisé comme disponible lorsqu’il est en mesure de mener à bien sa mission, autrement dit, pour répondre aux attentes pour lesquelles il a été fabriqué. Pour qu’un dispositif soit hautement disponible, il faut que sa fiabilité et sa maintenabilité soient bonnes.

 

Le résultat de cet indicateur s’obtient après détermination des deux indicateurs précédents.

DO = MTBF / MTBF + MTTR

4e indicateur : Le Taux de Rendement Synthétique TRS

Le TRS est un indicateur très connu dans l’industrie. Il équivaut à la durée durant laquelle un dispositif est censé produire, en excluant les temps d’arrêt planifiés de la machine. En revanche, lors du calcul du taux de rendement synthétique sont pris en compte les arrêts non planifiés tels que les pannes, les cadences lentes, la non-qualité, etc. Grâce au TRS, vous êtes donc en mesure d’obtenir un ratio de temps réellement exploité afin de produire de manière qualitative, sans prendre en compte les arrêts planifiés.

 

La vision de la performance de productivité sur un équipement émanant de ce calcul est globale et instantanée. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui le rendent populaire. Cependant, pour qu’il soit pleinement efficace, il est important de ne pas simplement se contenter du TRS. Effectivement, seul, il ne permet pas de déterminer la perte de productivité en fonction des sources de pertes de performance. 

Taux de Rendements Synthétique (TRS) = Temps Utile (TU) / Temps Requis (TR)

5e indicateur : Taux de Qualité

Cet indicateur est un must have pour mener à bien votre politique qualité au sein de votre entreprise. Grâce au Taux de Qualité, vous pouvez établir un rapport entre le nombre de pièces bonnes, et le nombre de pièces fabriquées. Lorsque le taux de qualité est en baisse, le service qualité en est informé et peut prendre les mesures nécessaires rapidement afin de corriger les défaillances. Il va de soi que, de cette façon, la productivité sera moins impactée et les pertes seront moindres.

Comment les boutons connectés Declique vous aident-il à mesurer vos indicateurs de la maintenance ?

Chez Declique, nous vous proposons une option simple pour mesurer les indicateurs de la maintenance vus précédemment. 

  • L’indice de fiabilité MTBF. Nos boutons connectés Declique vous aident à calculer rapidement et simplement le temps écoulé entre deux pannes. Effectivement, il suffit à vos opérateurs d’appuyer une première fois sur le bouton au début de l’arrêt, et d’appuyer une seconde fois lorsque le rythme de production reprend.
  • L’indice de maintenabilité MTTR. Pour rappel, le MTTR = le temps de réparation + le temps dédié aux tests + le temps écoulé jusqu’au fonctionnement normal de la machine. Une fois de plus, l’opérateur n’a donc plus qu’à activer le bouton lorsqu’il entreprend des réparations sur un dispositif, et lorsque le fonctionnement est revenu à la norme.

Une fois ces deux indicateurs analysés, vous pourrez donc en déduire la disponibilité opérationnelle.

Prenons à présent l’exemple du taux de qualité. Comment le dispositif Declique peut-il vous satisfaire ? Non seulement nos boutons connectés peuvent vous permettre de calculer la durée d’un arrêt, mais ils peuvent également comptabiliser la fréquence. Dès qu’une pièce défectueuse est produite, vous pouvez donc le signaler en un simple clic sur un bouton.

Tous les boutons que nous développons ensemble sont personnalisables. Tous peuvent donc répondre à un besoin précis exprimé de votre part.

Si vous souhaitez découvrir comment mettre en place le système des boutons Declique dans vos ateliers, vous serez intéressé par l'article juste ici. 

 

 

Des articles qui peuvent vous intéresser